UNE AVANCÉE IMPORTANTE DANS LE TRAITEMENT DU MINERAI POINTE VERS UN CONCENTRÉ AYANT UNE PLUS GRANDE TENEUR EN DYSPROSIUM, PRASÉODYME, TERBIUM ET NÉODYME

MONTRÉAL, QUÉBEC – (Marketwired – Le 23 mai 2017) – Minéraux rares Quest Ltée (TSX:QRM) (Quest) est heureuse d’annoncer que des améliorations potentiellement significatives ont été identifiées au schéma de traitement du minerai pour son projet du complexe Lac Strange. Advenant le cas, un concentré comportant une teneur supérieure en dysprosium (Dy), terbium (Tb), praséodyme (Pr) et néodyme (Nd), mieux adapté pour le traitement hydrométallurgique, pourrait être produit sur place aux installations minières et de traitement du minerai prévus au complexe Lac Strange au Québec.

Une étude géologique, minéralogique et texturale récente ainsi que la compilation des résultats des travaux en cours réalisés par Quest ont fourni des données qui permettraient d’améliorer le schéma de traitement du minerai tel qu'indiqué dans son Rapport technique NI 43-101 intitulé  « NI 43-101 – Technical Report for the Updated Mineral Resource Estimate for the Strange Lake Property, Québec, Canada » daté du 8 mars 2017 avec une date d’effet de l’estimation des ressources au 15 février 2017 (le «Rapport technique »). En ciblant la roche hôte et les caractéristiques texturales des minéraux composés principalement de Dy, de Tb, de Pr ou de Nd, au lieu de cerner le zirconium (Zr) et la totalité des éléments de terre rares (TÉTR), différentes procédures de manipulation et de traitement pourraient être utilisées pour améliorer le traitement hydrométallurgique et la teneur du concentré en Dy, Tb, Pr et Nd. Il s'agit d'une percée importante car le Dy, le Tb, le Pr et le Nd sont des composants essentiels des aimants permanents. La direction de Quest croit que ces métaux devraient compter pour une grande partie des revenus potentiels. En conséquence, il a été décidé d'incorporer ces éléments avant l'achèvement du travail recommandé pour l'usine d’essais.

Une fois qu'un certain nombre de tests de broyage et de flottation pour définir davantage les paramètres de traitement optimal seront complétés, des essais intégrés en usine à échelle réduite seront entrepris. Ces travaux d’essais comprendront l'extraction d'un concentré de flottation de 20 kilogrammes chez Corem (Québec), qui sera ensuite expédié à Outotec (Francfort, Allemagne) pour sulfidation, et enfin l'extraction en métaux séparés de Dy, de Tb, de Pr et de Nd. Les résultats des essais en usine seront ensuite utilisés pour mettre à jour l’Évaluation économique préliminaire (ÉÉP) du projet Lac Strange. L'achèvement de ce travail se poursuivra une fois qu'un financement suffisant sera confirmé. Les mises à jour seront divulguées à chaque étape.

Parallèlement et en support à ce travail, la compilation des données géologiques, minéralogiques et texturales pertinentes pour la caractérisation et la distribution de Dy, de Tb, de Pr et de Nd dans la ressource minérale sera entreprise. Tout comme dans le cas du schéma de traitement du minerai, en ciblant spécifiquement la roche hôte et les minéraux associés Dy, Tb, Pr et Nd, au lieu de Zr et TÉTR, il pourrait y avoir des variances avec la caractérisation, la distribution et la classification des ressources minérales actuelles, indiquées dans le Rapport technique .

À la fin de cet exercice, Quest déterminera la portée du travail pour compléter l'étude de préfaisabilité du projet Lac Strange et s’il y a lieu, les mises à jour de la ressource minérale.

Dirk Naumann, président de Minéraux rares Quest, a déclaré: « C'est un développement formidable. Nous avons maintenant la possibilité de démontrer le potentiel de récupération et d'extraction du projet Lac Strange et de devenir le premier producteur de concentrés de métaux individuels de Dy, de Tb, de Pr et de Nd en Amérique du Nord. »

Quest a décidé de restructurer les essais pilotes par des essais intégrés en usine à échelle réduite suite au retrait d'une entente de financement majeur après plus d'un an de négociation. Tel que divulgué précédemment, Quest a conclu un protocole d'entente le 1er novembre 2016, avec un groupe industriel qui a exprimé son intérêt à investir 7,5 millions de dollars dans la Société pour permettre à Quest de compléter les essais complets de ses procédés en usine à grande échelle. En outre, le protocole d’entente prévoyait des investissements additionnels pour financer la totalité ou une partie du capital requis pour compléter l'étude de faisabilité bancaire du projet Lac Strange.

La décision de ce grand conglomérat industriel ayant des intérêts dans la construction, l'exploitation minière et le pétrole de ne pas procéder pour le moment est fondée uniquement sur une décision stratégique interne de l'entreprise quant à ses priorités d'investissements et ne reflète pas les aspects techniques ou économiques du projet Lac Strange. Quest poursuit activement des discussions avec d'autres organisations pour financer l'avancement de son projet.

Pierre Lortie, président du conseil d'administration a déclaré: «Nous sommes déçus de la décision de ne pas donner suite aux modalités du protocole d’entente à ce moment-ci. Nous restons convaincus que le projet de Quest est une excellente opportunité d'investissement, et pour le Canada et le Québec, une chance de devenir un spécialiste mondial de l'offre de Dy, de Tb, de Pr et de Nd pour l'industrie des aimants permanents qui est en en pleine expansion. »

Les informations techniques contenues dans ce communiqué de presse ont été examinées et approuvées par Edward Walker, Ph.D., géo. personne qualifiée indépendante, selon le terme défini dans le Règlement 43-101.


À PROPOS DE QUEST
Minéraux rares Quest Ltée (Quest) est une société canadienne qui vise à devenir un producteur intégré d’oxydes d’éléments de terres rares, et à devenir un acteur important dans la chaîne mondiale d'approvisionnement de métaux de terres rares. Quest est dirigée par une équipe de gestionnaires qui possède une vaste expérience dans le traitement chimique et métallurgique. Quest se concentre sur le développement d’importantes installations d'hydrométallurgie et de raffinage à Bécancour (Québec) pour séparer et produire des oxydes d’éléments de terres rares. Ces installations industrielles traiteront le concentré de minerai extrait de ses propriétés minières du complexe Lac Strange dans le nord du Québec, ainsi que le recyclage des luminophores pour lampes utilisant le procédé de « sulfatation sélective thermique (SST) »1 de Quest - un procédé efficace et respectueux de l'environnement.

Déclarations prospectives

Le présent communiqué contient des déclarations qui peuvent constituer de l’« information prospective » ou des « déclarations prospectives » au sens de la législation canadienne applicable en matière de valeurs mobilières. L’information et les déclarations prospectives peuvent inclure, entre autres, des déclarations concernant les plans futurs, les objectifs ou la performance de Quest, notamment la préfaisabilité économique ou technique du projet de terres rares du complexe Lac Strange, un financement futur par Quest ou toutes hypothèses sous-jacentes à ce qui précède. Dans ce communiqué, des mots tels que « peut », « serait », « pourrait », « fera », « probable », « croire », « s’attendre à », « anticiper », « avoir l’intention », « planifier », « estimer » et des mots similaires et leur forme négative, servent à identifier les déclarations prospectives. Les énoncés prospectifs ne doivent pas être interprétés comme des garanties de rendement ou de résultats futurs et ne sont pas nécessairement des indications exactes à savoir si, à quel moment ou par qui, telle performance future sera atteinte. On ne peut garantir que les événements anticipés dans l’information prospective se produiront, y compris la réalisation du projet de terres rares du complexe Lac Strange ou tout financement par Quest, ou que si l’un d’eux se produit, quels avantages en tirera Quest.

Toute déclaration ou information prospective  se fonde sur l’information disponible au moment où elle est formulée ou sur l’opinion émise de bonne foi par la direction quant aux événements futurs et ces déclarations ou informations sont assujetties à des risques, à des incertitudes, à des hypothèses et à d’autres facteurs imprévisibles, connus ou inconnus, dont plusieurs sont indépendants de la volonté de Quest. Ces risques, incertitudes et hypothèses comprennent, entre autres, les estimations des coûts en capital et des coûts d’exploitation établis à partir du tonnage, de la teneur des ressources à extraire ou à traiter et des taux de récupération, ainsi que ceux qui sont décrits dans la notice annuelle de Quest datée du 19 janvier 2017 à la rubrique « Facteurs de risque » et dans le rapport de gestion de Quest pour l’exercice terminé le 31 octobre 2016 à la rubrique « Facteurs de risque », ces deux documents étant disponibles sur les sites Internet SEDAR (www.sedar.com), et ils pourraient faire en sorte que les faits ou les événements réels diffèrent sensiblement de ceux indiqués dans toute déclaration prospective. Quest n’a pas l’intention ni ne s’engage d’aucune façon, à mettre à jour ou à réviser toute déclaration ou information prospective contenue dans ce communiqué pour refléter des événements, des circonstances ou d’autres éléments futurs, sauf si les lois applicables l’y obligent.

Pour information :

Julie Masse
Vice présidente, Communication
Minéraux rares Quest Ltée
+ 514‑878‑3551
info@questrareminerals.com

 

1 brevet déposé